Temple protestant, Orgue de tribune

 Vue générale de l'instrument

 

Cet instrument a été acheté au facteur d’orgues Merklin en 1897.

Il semble toutefois que cet instrument ait été signé par Legniel en 1892.

 

Il est à remarquer que cet orgue est actuellement dans son état d’origine, excepté la turbine électrique installée en 1921 (remplacée récemment) et le Plein-jeu qui date de 1928 ; ces deux interventions ont été réalisées par le facteur d’orgues Gloton.

 

Cet instrument a été entretenu régulièrement et un « relevage » a été fait en 1990 par le facteur d’orgues Bernard Chevrier qui assura son entretien pendant quelques années.

 

En 2003, Bernard Chevrier procède à quelques travaux qui comprennent :

 

- Le changement de tous les écrous et feutres de la mécanique de traction des claviers ;

- Le changement de certaines « boursettes » ;

- La réfection du soufflet ;

- La réfection du mécanisme de la boite expressive du Récit ;

- Le redressage des pavillons des deux octaves graves des tuyaux de la trompette et du hautbois du Récit.

 

L’orgue fait l’objet à l’heure actuelle d'un « entretien / accord » par le facteur d’orgues Jean-Pascal Villard.

 

L'instrument est à l'heure actuelle en mauvais état de fonctionnement et a besoin d'une sérieuse restauration.

 

En effet, les derniers « relevages » n'ont pas été fait en profondeur ni de façon sérieuse !

 

Cet instrument représente indéniablement un grand intérêt musical et historique.

En effet, les jeux de flûtes et les jeux d’anches (trompette et hautbois) en particulier ont de belles sonorités.

 

Par ailleurs, le fait que la totalité du matériel d’origine soit présent apporte à cet un orgue un intérêt historique indéniable qui enrichit le patrimoine culturel local.

 

L’instrument souffre à l’heure actuelle de nombreuses fuites au niveau des portes vent et de l'unique et principal réservoir d'air, ce qui a pour conséquence de rendre l’accord général de l’instrument impossible.

 

Par ailleurs, l'ensemble de la traction mécanique des claviers et du pédalier est entièrement à revoir et nécessite une restauration en profondeur.

 

L'état de la tuyauterie est lui aussi préoccupant : beaucoup de tuyaux des deux jeux d'anches ont les pavillons en mauvais état et certains tuyaux s'affaissent !

 

La tuyauterie du plein-jeu, de mauvaise fabrication est à remplacer entièrement et sa composition à revoir.

 

 

La restauration de cet instrument est prévu en 2012


 

Composition

 

Images